Qu’est-ce-que le registre des copropriétés ?

Le registre des copropriétés recense l’ensemble des biens en copropriété situés sur le territoire français, destinés à usage d’habitation.
Celui-ci contraint l’immatriculation de toutes les copropriétés, permet l’accès à un annuaire et à des données statistiques. Aussi, on doit se registre à la loi ALUR, entrée en vigueur en 2014.

A quoi sert le registre ?

Comme nous l’avons précisé en introduction, l’immatriculation des copropriétés est un outil au service de l’Etat. Il bénéficie de données régulièrement mises à jour sur les copropriétés en France et peut détecter leurs dysfonctionnements.

Quelles sont les copropriétés concernées ?

Les copropriétés devant être immatriculées sont celles à usage d’habitation, partiellement ou totalement. Ainsi, une copropriété à usage de bureaux contenant plusieurs biens à usage d’habitation doit être immatriculée.

Qui doit se charger de l’immatriculation ?

Ce sont le syndic ou le notaire qui effectuent l’immatriculation de la copropriété, lorsqu’ils s’agit de copropriétés nouvellement créées.

Bon à savoir : si la gestion de la copropriété est assurée par un ou plusieurs copropriétaires désignés syndics bénévoles, l’immatriculation est réalisées par ces derniers.

La procédure d’immatriculation au registre des copropriétés

Celle-ci est entièrement dématérialisée sur le site suivant : registre d’immatriculation des copropriétés.

Quelles sont les informations à fournir ?

Elles relèvent de la bonne gestion de la copropriété :

  • identification de la copropriété : adresses, date de création, nombre de lots
  • également, identification du syndic ou des représentants de la copropriété
  • à l’identification technique : chauffage, ascenseurs, spécificités techniques, exposition au plomb, à l’amiante …
  • identification financière : exercice comptable, budget prévisionnel …
  • Les difficultés afférentes à la copropriété : mesures de sauvegarde, nomination d’un mandataire …

Bon à savoir : les données fournies doivent être mises à jour chaque année ou plus, si les circonstances l’exigent (division de la copropriété, expropriation, liquidation …)

Quelles sont les sanctions en cas d’absence d’immatriculation ?

L’absence d’immatriculation peut être très préjudiciable pour la copropriété. En effet, celle-ci ne peut alors bénéficier de certains prêts pourtant très avantageux comme le prêt à taux-zéro.
Par ailleurs, le manquement à la loi ALUR peut entraîner le paiement d’une amende de 20 € par lot de copropriété et par semaine de retard. Dans le délai d’un mois débutant après une mise en demeure.
Trois acteurs peuvent soulever l’absence d’immatriculation :

  • l’Agence nationale de l’habitat (Anah),
  • tout copropriétaire,
  • ou toute personne ayant un intérêt.

Enfin, besoin d’informations sur un bien immobilier en copropriété ? Accédez à notre pack Règlement de copropriété et obtenez en quelques jours seulement :

Pro

Respect de la confidentialité des renseignements collectés (CNIL)

Taxes incluses

Les tarifs sont en TTC et incluent la TVA à 20% et les taxes fiscales

Sérénité

Prise en charge de vos demandes personnalisées

Rapidité

Traitement de vos commandes dès réception

Paiements sécurisés

Paiements sécurisés par carte bancaire (Stripe) ou par Paypal